Sunday, July 19, 2009

Poèm pour Neda

Last month, in the wake of the assassination of Neda Agha-Soltan in Iran which was seen around the world, I wrote a poem in her memory.

Today, I received an e-mail from a woman named Nanehlala. To my absolute surprise, she translated my poem into French and sought my permission to put it up online. I have never had a poem of mine translated into another language. So I am deeply honored by the gesture. Permission granted.

I asked Nanehlala to tell me a little more about herself. Understandably, she is guarded. But I can tell you this much. She is Iranian but left the country during the midst of the Islamic Revolution thirty years ago and now lives elsewhere.

Needless to say, she is pained by what has transpired in Iran and is trying to do her part in drawing attention to it. In addition to translating poems, Nanehlala also writes her own poetry as well as novels and short stories for children. She is hoping to have some of her works adapted into animated films.

So without further adieu here is Nanehlala's French translation of Poem for Neda:

Poème pour Neda

Elle vint au centre ville

Se joindre aux milliers, déjà là ;

Eux voulaient dire au monde entier

Ce qu’il coûte de gagner

Une révolution Islamique

Dans les Persans joueurs de flûtes

Il y avait sur les toits, des tireurs lâches qui attendaient.

Dans l’espoir de mettre fin au mouvement qui se levait,

L’un d’eux visa Neda au cœur.

Alors que sa vie s’écoulait de son visage

Neda débusqua le silence

Pour que l’erreur n’ait plus sa place

Pour montrer au monde entier

Ce que ce régime fait

Et pourtant, la Maison Blanche ne veut pas le renverser

Pour que le trouillard en chef se trouve dans ses bons papiers

Nous resterons liés au diable

Pour des raisons d’état minables

Ça n’est vraiment pas croyable

Que vous restiez sans bouger devant l’appel de Neda

Assurez vous d’être prêt à nous expliquer pourquoi

Vous ne pensez toujours pas que l’heure de l’Iran est là.

Car, dès que vous nous proférez que ça n’est pas notre affaire

Un pétale tombe des bourgeons en fleurs de la liberté.

2 comments:

Nanehlala said...

Je veux simplement préciser que je ne partage pas le point de vue politique de Aaron Goldstein. J'ai sélectionné et traduit son poème et l'ai fait apparaitre sur mon blogue pour la seule et unique raison qu'il faisait preuve de compassion pour Neda et les victimes. J'ai sélectionné et traduit tous les poèmes qui faisaient preuve de compassion pour les victimes sans égard pour la variété politique et esthétique des points de vue exprimés par les auteurs. Je veux également préciser que je ne suis pas en faveur d’une intervention étrangère pour renverser le régime.
Je suis pour le respect des droits humains en Iran et dans le monde.
NANEHLALA.

Anonymous said...

"J'ai sélectionné et traduit tous les poèmes qui faisaient preuve de compassion pour les victimes"

Alors vous avez oublié celui là: http://poesies.net/poemebernarddelocean10.html

Isabelle.